Le 30 juin 2017 - Une réunion ordinaire du Conseil des ministres de l`Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) s`est ouverte, au siège de la Banque Centrale des États de l`Afrique de l`Ouest (BCEAO). La rencontre a été présidée par le ministre de l`Économie et des Finances du Sénégal par ailleurs président du Conseil.

Le Conseil des ministres de l’Union Économique et Monétaire Ouest africaine (UEMOA) se réunit, vendredi matin, au siège de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Au menu de l’ordre du jour du Conseil des ministres, il y a plusieurs questions très importantes. La réunion des ministres en charge de l’Économie et des Finances des différents pays de la zone va examiner un ordre du jour très dense.

La situation économique de l’UEMOA aura une place importante. D’ailleurs, dans son allocution d’ouverture, le président du Conseil des ministres, le ministre sénégalais de l’Économie, des Finances et du Plan, Amadou Bâ, a indiqué que le rapport économique et monétaire de l’UEMOA au 31 mars 2017 sera examiné.

Le "Conseil s’appuiera sur l’évolution récente et les perspectives économiques de l’Union qui y sont décrites pour décider des mesures appropriées visant la consolidation des acquis et l’accélération du rythme de progression de l’activité économique dans les États membres de l’Union", a estimé le président du Conseil des ministres.

Pour cette réunion ordinaire du Conseil des ministres de l’UEMOA, il est attendu de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) des informations sur les décisions issues de la dernière réunion du Comité de politique monétaire (CPM). Elle s’était tenue le mercredi 7 juin 2017. Des détails sur la "révision du cadrage macroéconomique des pays de l’UEMOA pour les années 2017 et 2018", sont également attendus par le Conseil des ministres.

Par ailleurs, le Conseil va statuer sur modalités de rééchelonnement de la dette de la Guinée-Bissau "au titre du droit d’entrée et des impayés autres que sur les prêts".

Les autres points inscrits dans l’ordre du jour concernent, entre autres, l’Union Monétaire Ouest-Africaine (UMOA), la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD).

Pour la première institution, il sera question des implications de la migration "des statistiques monétaires vers les normes les plus récentes du Fmi et de la production des comptes nationaux des États membres de l’Union".

En ce qui concerne la BOAD, une proposition de révision des statuts sera examinée par le Conseil. Les ministres vont également se prononcer sur la désignation de la BOAD "pour la gestion de la participation des États membres de l’UEMOA dans le capital social de la Société africaine de biocarburant et des énergies renouvelables (SABER). Par ailleurs, la Banque Ouest-Africaine de Développement va informer le Conseil des ministres sur l’état de recouvrement des créances sur prêts de la BOAD au 31 mai 2017.

Le ministre de l’Économie, des finances et du Plan du Sénégal a, par ailleurs, confirmé le taux de croissance de 6,7 % enregistré dans la zone en 2016, soit une progression de 0,4% par rapport en 2015.

Le Conseil des ministres a adressé "ses félicitations au président de la Commission de l’UEMOA (Abdallah Bouraïma), au président du CREPMPF et à tous les membres de la Commission de l’UEMOA ainsi nommés". Des vœux de réussite et de succès leur ont été adressés.